cgt@covea.fr
  88, rue Saint-Lazare, 75009 Paris

CSE Le Mans du 10 avril 2024 – déclaration des élus et représentant CGT

La CGT souhaite, à nouveau, exprimer son mécontentement quant à l’organisation et la tenue de ce CSEE.

La CGT tient à vous rappeler que les réunions du CSE constituent un point central du dialogue social au sein de nos entreprises. C’est aujourd’hui la seule instance de proximité pour les salariés.

Les réunions du CSEE doivent faire obligatoirement l’objet d’un ordre du jour.

Ce dernier, malheureusement, n’est fixé que de manière arbitraire.

Outre faciliter le bon déroulement de la réunion et la bonne gestion du temps, l’établissement de l’ordre du jour du CSE permet de s’assurer que tous les élus et les intervenants auront la possibilité de préparer correctement tous les points qui vont être débattus au cours de la réunion.

Alors que la CGT dénonce depuis trop longtemps les insuffisances démocratiques de ce CSEE, il a été décidé, la semaine dernière et pour des raisons inconnues, que cette réunion soit amputée d’une journée. Elle ne durera au final que trois heures.

Ce changement d’organisation au dernier moment soulève quelques interrogations.

Premièrement, nous nous posons la question de la cohérence de cette réunion. En effet, pour beaucoup d’entre nous, elle durera bien moins longtemps que le temps nécessaire pour venir.

Puisqu’elle se tient uniquement sur site, certains élus ont même dû renoncer à venir. Et pour d’autres, ici présents, cette réunion a amené à faire des changements d’organisation de leur vie personnelle.

Ensuite, la CGT est sûre que dans le périmètre de ce CSEE, il y a largement matière à établir un ordre du jour plus conséquent. Comme vous le savez, la CGT se tient à votre disposition pour enrichir son contenu.

Par exemple, pour ce CSEE nous vous rappelons que la CGT a fait remonter 22 questions. Une seule a été retenue. Et sans aucune explication comme d’habitude.

Enfin et surtout, en réduisant drastiquement l’ordre du jour, c’est à nouveau la voix des salariés qui est ignorée.

La CGT s’oppose à la dévalorisation de l’instance et demande une fois encore que ses questions soient retenues à l’ordre du jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To top