cgt@covea.fr
  88, rue Saint-Lazare, 75009 Paris

Avis de la délégation CGT au CSEE Levallois du 15 mai 2024 concernant l’agrément du service de santé autonome du site le Mans

 

Avis de la délégation CGT au CSEE Levallois du 15 mai 2024 concernant l’agrément du service de santé autonome du site le Mans

 

Alors que la direction n’a jamais autant parlé de santé et de bien-être au travail, les salariés voient leurs conditions de travail se dégrader fortement et les conquêtes dans ce domaine n’ont jamais été autant remises en cause avec des attaques répétées du patronat et du gouvernement sur les questions de santé.

D’ailleurs l’état du secteur de la santé, qu’il s’agisse des hôpitaux, des déserts médicaux, de la psychiatrie ou de la médecine du travail, est catastrophique.

Pourtant, la course au profit et à la rentabilité effrénée et un travail de fond visant à éliminer toute vision collective, engendre une augmentation de la charge de travail et une mise sous pression accrue des salariés avec pour conséquences une augmentation des risques psycho-sociaux, des épuisements professionnels, des invalidités et inaptitudes.

Covéa n’échappe pas à cette réalité et cet avis est pour nous, élus. et représentants CGT, l’occasion de réaffirmer que la santé des salariés doit être LA seule priorité.

Bénéficier de professionnels de santé ayant une connaissance précise de l’entreprise et de ses dispositifs (handicap, …) est un véritable atout pour les salariés, dès lors que l’autonomie et l’indépendance du service de santé au travail sont respectées.

A ce point et s’agissant de la présentation réalisée par le service de santé au travail et plus particulièrement sur le projet d’expérimentation de la dite MBSR (méditation de pleine conscience) dispensée par le médecin du travail du Mans sur son temps d’activité.

Nous voyons là un moyen de faire porter aux salariés la responsabilité des désordres affectant sa santé au travail via ce qui serait une démarche intérieure évacuant de fait la possibilité de causes exogènes. Cela constitue un risque pour des salariés que l’on pousserait à intérioriser un désordre qui pourtant ne leur appartient pas.

Mais plus encore nous pointons les possibilités de dérives sectaires que ce type de pratique peut embarquer.
Nous rappellerons que ladite méditation de pleine conscience est promue par le Mind and Life Institute et relayée chez nous par Initiative Mindfulness France. Cette structure privée, pesant des milliards de dollars, c’est fait connaitre via son lobbying pour faire entrer ces pratiques à l’école. Les risques étaient suffisamment étayés pour que M.Jean-Michel Blanquer renonce clairement à son déploiement.

Enfin, laissons donc à Skippy le Grand Gourou la démarche portant vers « Une totale liberté de pensée cosmique vers un nouvel âge réminiscent » et avant de demander aux salariés de méditer notre Mutuelle gagnerait certainement à revenir à des pratiques privilégiant réellement la santé au travail. Ce devrait être plus efficace et bien moins risqué.
Ces réserves étant posées, les élus CGT s’abstiendront s’agissant du renouvellement d’agrément.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To top